Témoignages

Témoignages

Le Combat de Clara

Depuis ma classe de seconde, je souffrais de douleurs au niveau de l’épaule et qui semblaient être d’origine musculaire. Dans cette logique de nombreuses séances de kinésithérapie et d’ostéothérapie ont été prescrites, sans résultat. En effet, ce n’est qu’en classe de terminale, le 3 septembre 2019 suite à une IRM et à un Scanner, que le radiologue identifie une boule, de la taille d’une balle de golf, au niveau de la 5ème vertèbre thoracique qui correspond à une tumeur osseuse et qui explique les douleurs chroniques. La biopsie réalisée quelques semaines plus tard révèle qu’il s’agit d’un ostéosblastome qui est une tumeur bénigne. L’angoisse redescend momentanément.

Néanmoins, la seconde biopsie réalisée suite à la première opération du mois de décembre 2019 à l’Hôpital Européen Georges Pompidou conclura qu’il s’agit d’un ostéosarcome ostéosblastome-like. Une tumeur maligne mais assimilée à un ostéosarcome de bas grade. Hélas, il n’en sera rien car c’est d’un ostéosarcome de haut grade qu’il s’agit. Cette conclusion sera définitive et ne sera apportée qu’après la seconde opération réalisée en urgence au mois de mai 2020 dans le contexte d’une récidive précoce.

La suite sera constituée d’une première cure de chimiothérapie à l’institut Curie au mois de juin et d’une seconde en juillet 2020 dont les résultats très décevants, conduisirent l’équipe médicale à changer de stratégie et à engager une cure de 27 séances de radiothérapie.

Une troisième cure de chimiothérapie sera engagée en septembre avant l’opération du 20 octobre 2020 consistant à retirer les 3 vertèbres atteintes par la tumeur. Malgré toutes les difficultés d’une telle opération d’une durée de sept heures, c’est une réussite et une 4ème séance de chimiothérapie peut alors être engagée.

Hélas, quelques jours plus tard la désunion de la cicatrice force les chirurgiens à intervenir pour une 4ème opération avec greffe de peau et déplacement du muscle grand dorsal afin de renforcer la cicatrice très fragilisée par les traitements.

Aujourd’hui je suis en rémission et j’attends ma 5ème opération qui espérons-le, sera la dernière. Il s’agira de consolider l’implant qui est venu remplacer les vertèbres retirées par une autogreffe osseuse.

La chaine de solidarité enclenchée par ma maladie est juste incroyable et c’est tout simplement bouleversant de le réaliser. Il n’y a pas de mots pour décrire le dévouement de tout le personnel hospitalier et bien entendu pour remercier les chirurgiens qui m’ont opérée.

Ils méritent tous un immense respect et j’ai pour eux une reconnaissance sans limite. Alors soutenez-les en faisant un don pour la recherche sur les cancers pédiatriques.

Quelques mots de nos bénévoles

Gregory aime beaucoup le sport et c’est un athlète de haut niveau :

Récemment sensibilisé à la cause du cancer des enfants, j'ai décidé de m'impliquer encore d’avantage en 2020 quand j’ai appris que la fille d’un collègue et leur famille allaient devoir lutter contre la maladie. Pratiquant la course à pieds de manière régulière, je n’hésite pas à porter les couleurs d’enfants sans cancer pendant les sorties d’entraînement en espérant sensibiliser un maximum de gens sur cette cause.

Gregory

Cela fait maintenant 4 ans que je me suis fait embarquer dans l'aventure par Vincent, mon collègue et ami. 4 ans que je ne regrette pas ... parce que cela m'a permis : * de parler à mes enfants de ce que vivent d'autres enfants moins chanceux, * de courir avec eux pour qu'ils comprennent l'engagement bénévole, * de rencontrer des voisins sur le marché ou des collègues lors de Coffee Corner pour les sensibiliser, * d'aller à la rencontre de familles éprouvées mais portées par cette force que tout reste à faire, * de faire équipe avec les bénévoles de Marie Notre Etoile et de mettre en pratique mes talents comme me transformer n webmaster.
Alors je ne regrette pas et j'attends avec impatience de dépasser nos objectifs de collecte et de nous retrouver pour courir ces quelques kilomètres ensemble.

Thomas
fr_FRFrançais